Nous poursuivrons le combat jusqu’au bout…

Camarade, un droit constitutionnel sacré est en ce moment même foulé au pied, sous l’œil indifférent des bourgeois nantis.

Les vaillants camarades de la RATP, unis dans un front syndical fort et déterminé sont en ce moment même privés de l’exercice d’un droit fondamental, acquis par des luttes longues et douloureuses contre les oppresseurs capitalistes, je veux dire le droit de grève.

Par ses impérities le social-traitre Hollande est responsable d’une montée des eaux de la Seine qui entraine une inondation des tunnels du Métro et du RER. On peut même croire que cette crue, puisqu’il faut bien l’appeler ainsi, ne soit que le résultat de manœuvres indignes destinées à saper la lutte sociale menée par nos camarades.

Car nos frères sont de la sorte privés de leur droit de grève : comment ne pas légitimement empêcher par un  juste mouvement social des trains de rouler alors que les forces rétrogrades de la réaction ont fait en sorte de briser la grève en autorisant ou favorisant l’inondation des tunnels.

Nous devons trouver dans ces circonstances la force de nous opposer aux manœuvres du Capital et renouveler notre engagement à la poursuite du progrès social, qui passe par l’accroissement constant des avantages acquis lors des luttes précédentes.

Camarade, vive la lutte des classes et jusqu’à la victoire finale, poursuivons le combat ! A bas la crue !

Crue de la Seine en mai 2016 : le métro risque d’être inondé ou peut-être est inondé. Les pouvoirs publics demandent aux Syndicats de ne pas profiter de l’occasion pour amplifier un mouvement (qualifié de) social : les forces du progrès s’insurgent contre la loi El  Khomri. On s’imagine dans les godillots de Martinez, juste le temps d’sourire.

 

3 mai 2016