30 mars 2018

Production d’Électricité en France (3ème partie)

  Nolwenn Weiler dans L’Observatoire de Multinationales du 4 décembre 2017   En mars 2016, lors d’une opération de remplacement, un générateur de vapeur de 465 tonnes chute en plein cœur de la centrale nucléaire de Paluel, en Normandie. Un accident grave et inédit, qui par miracle ne cause ni blessé grave ni contamination radioactive. Depuis, des experts ont enquêté sur les causes de l’accident. Leur rapport, dont les conclusions ont été résumées aux salariés ce 1er décembre, révèle des dysfonctionnements majeurs dans la... [Lire la suite]
Posté par Dufourmantelle à 18:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 mars 2018

L’Électricité en France (2ème partie)

  La cour des Comptes et le Nucléaire En 2012 puis en 2016 la CdC s’est adressée au problème des coûts de maintenance du parc nucléaire et a relevé les incertitudes qui pesaient sur son avenir rendant impossible l’élaboration d’une politique cohérente. Un extrait du rapport de 2012 et les commentaires de M. Migaud sur ce rapport. Un extrait du rapport de 2016 qui ne fait que constater que l’état du dossier s’et encore compliqué et qu’aucune réponse n’a été apportée pour clarifier la politique énergétique nationale. Il n’est... [Lire la suite]
Posté par Dufourmantelle à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 mars 2018

Production d’électricité en France (1ère partie)

  Établissons d’abord deux  vérités qui orienteront la suite du propos. A. Le parc nucléaire national opérationnel est d’une puissance installée de 63 GW. Dans des conditions normales d’exploitation le coefficient de production devrait ne pas descendre en dessous de 80% en garantissant une production de 63 x 8760 x 0.8 = 440 TWh. Si le coefficient de production passe de 80 % à 90 %, la production nationale atteint le niveau de 500 TWh. Le parc hydroélectrique est d’une puissance installée de 25 GW. Il est difficile de... [Lire la suite]
Posté par Dufourmantelle à 18:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 mars 2018

La ville où le diesel était Roi

Il y a longtemps déjà, je m’en souviens, un garçon avec qui je travaillais, me voyant peiner sur une lettre qui demandait réflexion me dit qu’il valait mieux une lettre imparfaite qui parte en temps utile plutôt qu’une lettre parfaite qui resterait sur mon bureau. Cette « sorte » de maxime s’applique aux propos du naïf. N’ayant aucun espoir d’atteindre la perfection, laquelle comme on le sait est inaccessible par essence, il est un moment où il vaut mieux reconnaître et matérialiser la médiocrité de sa pensée et de son... [Lire la suite]
Posté par Dufourmantelle à 17:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]