Rien que des miettes d'information au gré de la presse, lues en vrac et présentées de même.

EDF est adjudicataire (au niveau de 35 %) d'un futur parc éolien maritime au large de Fécamp et en attente d'une probable adjudication au large de Dunkerque (quel large ?) en sus des participations sur un projet avancé lit-on, à Courseulles sur Mer.  Puissances cumulées de, peut-être, 1.6 GW sur laquelle il faut appliquer un facteur de charge de 25 %  soit  0.4 Gigas productifs.

Aucune indication sur les coûts mais une indication sur les prix de reprise négociés avec on ne sait qui, dans un no man's land entre Bruxelles et EDF, au tarif de 135 E / MWh… reprise par EDF… Qui d'autre ?

"En même temps" EDF sort d'un procès avec Total (?!) sur les conditions d'application de la livraison d'électricité ARENH à ce concurrent au tarif de 45 E / MWh

Si je résume: EDF investit dans des installations pour produire de l'électricité qu'elle achètera  135  pour la revendre à ses concurrents à  45.

Que dit l'actionnaire d'EDF ? Que dit l'État Français ? Rien pour le moment, il compte les mètres carrés qu'on octroiera aux élèves de maternel quand ils retourneront plus tard ou peut-être, à l'école masqués ou non, autre vaste question. 

Un esprit naïf se poserait la question de savoir si quelqu'un dans le gouvernement actuel a eu connaissance de la loi Nome avant d'avoir reconduit le 21 avril dernier la PPE, dite remaniée.

Loi dont les articles marquants sont

-l'absence d'article sur la réduction programmée de la part du nucléaire (fermeture de 14 unités en parfait état de marche, certifiées pour 10 ans) ce qui implique confirmation, ou incertitude ou porte ouverte à un retour au sens commun.  

-engagement d'augmenter la part d'EnR à 30 % en puissance, cela va sans dire.

Le reste c'est du fatras avec tout de même deux perles. Le naïf dit que ce sont des perles car il semble prodigieux qu'un lecteur assidu de ces trucs-là puisse trouver un article de Loi (Décret) en ne comprenant pas de quoi parle l'article ou plutôt n'osant pas croire ce qu'il comprend.

Biométhane : on collecte de déchets organiques, on les laisse fermenter en CH4 et on les rentre dans les réseaux de gaz : 2% de production nationale  autour de 2 TWh à doubler ou tripler en 8 ans. Vaste programme ; faut-il produire des déchets pur justifier la bêtise ou acheter de l'huile de palme ?

Hydrogène : le rêve et la poésie viennent illuminer le légiste qui formule des puissances venues d'un gaz, l'hydrogène pour en faire quoi : un autre gaz, du méthane, ou décarboner de l'hydrogène industriel.

On est dans de l'utopie pure, pure comme l'hydrogène. Suis-je sot, l'hydrogène fournira l'énergie de la voiture des temps nouveaux.

Texte de loi à lire absolument, du grand cru mieux distillé que la loi sur les retraites, mais qui n'est que l'énoncé de vœux écolo-formatés formulés par des idéologues de cabinet ministériel.

 

Un article plus loin dans un autre canard prétendument spécialisé.

EDF est présente pour deux tiers dans une réalisation avec des électriciens chinois. Deux EPR sont construits à Hinkley Point sur la côte, dans le Somerset.  L'histoire débutée en 2012 de la négociation de ce contrat est "carrément" inimaginable.  wiki

Mais un accord avec le gouvernement britannique est trouvé en 2016.

Commence une saga des retards et une escalade des coûts suivant un scénario désormais bien rodé.

Aujourd'hui : le projet n'en est encore qu'à 25 milliards d'Euros et EDF fournira le marché anglais au prix garanti de 92.5 £ / MWh soit 105 E / MWh. Je souhaite que les clauses relatives aux taux de change aient été intelligemment rédigées !

Il semble qu'en dépit des brexitudes la construction se poursuive.

 

EDF dépose en mai 2020 auprès du gouvernement de sa Gracieuse Majesté une demande d'autorisation d'une construction d'une réplique de Hinkley Point à Sizewell dans le Suffolk., toujours associé à des chinois.

On espère profiter de l'expérience gagnée dans les constructions précédentes.

On souhaite que le partenaire chinois mis sur une liste noire du Département du Commerce aux USA puisse participer.

On imagine qu'on dispose des mêmes garanties tarifaires que celles d'Hinkley Point.

On imagine donc qu'on parle une nouvelle fois de 25 milliards et de 105 Euros… 

Brève réflexion en manière de conclusion.

La société nationale ( 98 %, je ne sais plus ) qu'on pourrait contraindre à fermer 14 unités nucléaires en ordre de marche, certifiées et cent fois amorties a mis en place ou vise à mettre en place des investissements de 50 milliards d'Euros en nucléaire plus les bricoles en éolien à 10 ou 12 milliards d'Euros pièce

Ces bricole ont le charme comme chacun sait de ne pas produire trop d'électricité car cet excès pourrait encombrer le réseau et il faudrait alors le stocker ce qui est une des préoccupations de la fameuse PPE.

Stocker de l'énergie inutile à 135 E / MWh, avouez que ça a de la classe.

Donc, quoi ?, allons, je ne chipote pas, 100 Milliards d'Euros sur les épaules d'une société nationale satisfaisant largement la consommation intérieure et au-delà, en faillite virtuelle, empéguée dans les absurdités bruxelloises dument entérinées par un actionnaire imbécile soumis à la Commission et au fantasme électoraliste du vote écolo.

Ouf. 

Macron, chapeau l'artiste, vous pouvez vous incliner devant votre public en saluant l'impayable Hollande, celui de la loi NOME et de son rejeton la PPE.

Car enfin, c'est quand même une œuvre d'art du cirque de s'occuper de tout dans le pays en n'ayant jamais le moindre regard ou le moindre mot sur l'énergie nationale sauf à nous ressasser qu'il va, lui, de ses petites menottes ricoeuriennes Sauver la Planète.

Vivement que Breton fasse son boulot et que cessent les Huloteries et autres conneries. 

Et que vient faire Total dans ce merdier ?

 

7 juin 2020