Le Benêt sous le Cèdre

L'enfer est pavé de bonnes intentions

Mais qu'allait 'il faire dans cette galère

 

Et le Président au pinacle

Merci, bien joué !

Pourvu que ca dure

 

Après avoir sauvé la planète, v'la ti pas qu'on va sauver le Liban, pays qui nous est cher et va le devenir davantage, auquel des liens historiques, culturels et affectifs nous lient…

Nous partageons la peine immense…

Vos gouvernants sont nuls à chier…

Faut qu'ça change

Je reviendrai dans un mois.

Après avoir organisé avec mes petites menottes l'aide internationale

 

Pi, y a l'Île Maurice, faut faire quelque chose ....     Envoyons les Réunionnais apporter leur aide

 

J'en étais là de ces commentaires acides et injustes en pensant ajouter quelques incendies ou inondations qui nous touchent, quelques plus-jamais-ça en langue élyséenne.

Cependant les évènements galopent plus vite que mes doigts sur le clavier, engourdis par la vieillerie.

Macron qui trouve enfin sujet à son pied fait ce qu'il a dit qu'il ferait et organise et préside sous l'égide de l'ONU une conférence internationale pour l'organisation de l'aide au Liban sur fond d'indifférence du gouvernement et de stabilité de l'oligarchie des chefs de clan inaltérée par une amorce de débandade de quelques ministres.

La rue libanaise manifeste et des émeutes éclatent sans  véritable processus révolutionnaire, probablement faute de cadre et de cadres.     Cette prévisible incapacité de la rue à s'organiser est le facteur inquiétant : qui sera l'interlocuteur dans l'hypothèse où le gouvernement et l'oligarchie s'efface ?

La réunion en visioconférence.

Présidée par Macron et le représentant de l'ONU dont le nom n'apparait pas, en présence, si l'on peut dire de Trump lui-même, le Roi de Jordanie, Abdel fattah el-Sisi d'Égypte, des représentants du FMI, de la Banque mondiale, de l'Europe et de nombreux pays membres de l'Union dont l'Angleterre, de le Chine, de la Ligue arabe, du Qatar et de la Croix Rouge et tout de même du Président du Liban, Michel Aoun.

Je n'ai pas mentionné les absents à cette conférence, en premier lieu l'Iran et la Russie et la Turquie et d'autres, lointains comme le Japon ou la Corée du Sud. Israël aurait pu être invité mais ne le fut pas.

Allocations de fonds et les conditions de leur emploi restent soumises  plus ou moins…à une refonte complète du système politique, institution et personnel, sur la base de l'expression populaire.

Vaste programme.

Dans l'attente de cet animal refondé, l'aide sera consacrée aux tâches urgentes d'aide aux 300.000 sans-abris et aux millions d'affamés et mise en sécurité les zones restées dangereuses après l'explosion.

Dans ces domaines il semble que la France fasse figure de précurseur et peut-être de chef d'orchestre.

Ce sentiment inspire-t-il certains Libanais qui rêvent d'un retour au Mandat et qui pétitionne pour exprimer leur souhait ?

Quel que soit l'avenir, pour la France et pour son Président cette phase historique de solidarité internationale est un succès indiscutable.

Il en profitera, nous ne profiterons au plan national et à l'étranger.

Mais 

Il a ouvert les mâchoires d'un piège en prenant ces positions en pointe et ces initiatives et créé les conditions d'une implication accrue dans ce qui est et restera au pays du Cèdre un bourbier social, politique et géopolitique.

Car enfin, à l'évidence le gouvernement mis en cause était avec l'accord des membres minoritaires sous le contrôle du Hezbollah, bras armé culturel et social de l'Iran. La passivité de ce dernier ne durera pas.

Pour assainir ce marais, avec l'appui complet des Nations Unies et en fait la possible dévolution de pouvoir à un organisme international ad hoc, il faudra à la France une grande prudence et de la modération pour ne pas encore se retrouver exposée en chef de file dans ce futur Mandat, même affublé d'un autre nom.

À moins que d'ici ce moment, les affaires courantes du royaume de France, qui courent lentement, aient trouvé solution. Réforme des Retraites qui finit par mériter son nom au singulier, Chômage, nôtre préférence nationale, Insécurité rebaptisée Incivilités, L'Islam chez nous, Relance de… Refonte, restructuration de…

Là, je m'essouffle.

Mâchoire de piège et boite de Pandore ?   Les deux, mon Colonel. 

Les lecteurs auront bien compris que la première et la seconde partie de ce  papier ont été écrites dans des états d'esprit différents.

Le Naïf que je suis ne voyait d'abord que les désagréments de notre action et épiçait le propos d'une grosse pincée de dérision alors qu'ensuite il a compris, sans que les désagréments possibles aient disparus, que cette initiative de Macron redevenu Président et faisant son métier sur l'établi de son métier est un très grand acte politique.

Un caillou de moins dans sa présidentielle chaussure.

 

10 août 2020