Quand Engie cède à Véolia sa part de Suez Le Maire chevalier des refus inexplicables n'a pas voulu s'y opposer fermement même si en fonction des statuts de ces belles dames il en était empêché.

Depuis ce moment Véolia fort(e) de cette acquisition met toute son énergie à racheter tout le paquet et Suez refuse avec la même énergie.

On cause puis on on ne cause plus. Suez fait intervenir les syndicats qui ne sont évidemment pas favorables car qui dit mise commun dit recherche des avantages et il est clair que les promesses de maintien du personnel sont des engagements qui n'engagent que ceux en faveur de qui ils furent faits.

Puis vient menée par Véolia la guerre des OPA amicale puis hostile. Là aussi je n'ai pas creusé pour garder à ce carnet la forme d'une brève.

On y mêle justice administrative et Autorité des Marchés Financiers, AMF, et cour d'appel et in fine Veolia serait autorisé(e) à mener son OPA. Le feuilleton a commencé début septembre 2020.

Le Maire sort de sa torpeur, intervient mais un peu tard et après une proposition de médiation décide à son tour de saisir l'AMF ce qui lance un nouveau tour de piste. 

Après ce rappel se pose une vraie question : Quelle explication donner au silence de la très active et pointilleuse justicière de la commission européenne Margrethe Vestager ? On l'a vue très active sur d'autres sujets français et elle met beaucoup d'énergie à esquinter EDF après avoir fait échouer le rapprochement Alstom-Siemens dans le ferroviaire.

Pourtant il s'agit bien d'un cas où on assiste à la création d'un monopole de l'eau en France.

Peut être Le Maire le tardif serait-il bien inspiré de rechercher l'avis de la casseuse de monopole ?

Avis de Naïf

 Note: dans le climat actuel je n'ai pas osé donner un genre à Véolia, on ne sait jamais.

 14 février 2021      

Une semaine plus tard la saga continue et Margrethe consultée par Suez dès le 16 octobre de l'année dernière (mea culpa) annonce que la Commission Européenne rejette la demande celle-ci, de vouloir  faire sanctionner par Bruxelles le rachat de 29,9% de son capital par Veolia pour violation du règlement des concentrations en ajoutant cependant une disposition prévoyant que l'acquéreur n'exerce pas les droits de vote attachés aux participations concernées, sauf dérogation particulières octroyée par Bruxelles.

Le Maire de son côté veut saisir l'AMF dès le 8 février. Le fit-il ?

Le Naïf trouve incompréhensible que Margrethe accepte la création de ce qui deviendra le monopole de Véolia après dépeçage de Suez en expulsant les résidus inintéressants par filiales ad hoc.

L'intérêt du Naïf faiblit et la saga s'enlise. Cette suite est aussi une fin.

21 février 2021