01 novembre 2017

Homme-Femme, encore un triangle

Un producteur de cinéma américain s’est très mal conduit avec de nombreuses dames, souvent et longtemps. Elles ne pouvaient pas parler car leur carrière dépendait du malotru. Le phénomène –ce qui se voit- est répandu et les malotrus sont légion. Ils sont parmi nous, au travail, partout. Ils prennent le métro. La salière à grain de sel se déverse, les commentateurs commentent ravis de quitter pour un épisode la roublardise de Macron ou le charisme ( ?) de Mélanchon, les témoignages se multiplient, redondent et rebondissent. C’est... [Lire la suite]
Posté par Dufourmantelle à 10:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 octobre 2017

AFFAIRE VINCENDON ET HENRY : CLAUDE DUFOURMANTELLE S'EXPRIME.

Cette page est extraite du carnet de l'ami Ballu. Je l'introduit ici car il s'agit bien d'une parole de Naif   AFFAIRE VINCENDON ET HENRY : CLAUDE DUFOURMANTELLE S'EXPRIME. Claude Dufourmantelle est non seulement l'un des acteurs majeurs du drame Vincendon et Henry, mais il en est également l'un des derniers survivants. Il n'en tire aucune gloire, bien au contraire. S'il a jusqu'ici accepté de répondre aux nombreuses sollicitations dont il a été l'objet, s'il a même bien voulu préfacer la réédition de "Naufrage au... [Lire la suite]
Posté par Dufourmantelle à 16:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 octobre 2017

Distinguer le courant de l’écume.

    En août de cette année, M. Brechet publie un article : Rejoindre la filière nucléaire. Distinguer le courant de l’écume. Cet article, publié dans la Revue Générale Nucléaire est destiné aux élèves ingénieurs et aux étudiants de l’enseignement supérieur, dans le cadre d’un numéro spécial consacré à la formation et à l’emploi. Le sujet est d’actualité. La contribution de m. Brechet démontre combien la filière professionnelle ainsi évoquée est prometteuse : Voici, nous dit-il, un secteur qui ne connaîtra pas la... [Lire la suite]
Posté par Dufourmantelle à 15:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 octobre 2017

L’Avenir de l’automobile

Le 16 octobre dernier Nicolas Baverez publiait dans Le Figaro un article intitulé « L’avenir de l’automobile ». Cet article est joint en annexe pour les lecteurs qui se demanderaient quelle est l’origine de mon mécontentement et qui chercheraient les raisons pour lesquelles j’épanche ma bile dans un texte, moitié article-moitié lettre, qui reprend le même titre. Baverez a très souvent, presque toujours, un point de vue pertinent sur des tas de sujets : il a donc le droit de s’égarer parfois. Un point de vue pertinent... [Lire la suite]
Posté par Dufourmantelle à 11:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
09 octobre 2017

Blablacar 2ème partie

Blablacar   2ème partie   On va dire, c’est quoi, cette critique jargonneuse de notre président, cette analyse confuse qui se termine en queue de poisson sur une espèce de jeu de mot, façon calembour. Que voulais-tu dire exactement, qui te reste en travers et que tu gardes au chaud, incapable que tu es de clarifier tes idées.  La mode est à reconnaitre que de grands changements interviennent dans le monde de l’information. Ce sont des enfants de la fée électricité.  La bonne fée au tournant du siècle... [Lire la suite]
Posté par Dufourmantelle à 20:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 octobre 2017

Blablacar

  "Nous vivons un mouvement inéluctable de transformation du travail, car nous sommes entrés dans une économie de l'innovation, des compétences et du numérique. La norme qui consistait à travailler toute sa vie dans le même secteur, voire dans la même entreprise, est révolue. Les parcours seront moins linéaires, connaîtront plus d'évolutions, parfois de manière heurtée. Le chômage n'est plus un accident de la vie, mais un risque d'autant plus prégnant que le besoin de transition professionnelle s'accentue. C'est une révolution... [Lire la suite]
Posté par Dufourmantelle à 19:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 septembre 2017

Qu’est ce qui ne va pas avec Trump ?

Ma femme, parfois, relit ces textes. J’apprécie qu’elle rectifie –parfois- des redondances ou des lourdeurs et bien sûr qu’elle complète la diligence du correcteur d’orthographe de Word. Dans ce texte, elle me dit que je suis un peu encombré de mon préambule en forme d’histoire de loups, de meutes et de conflits de territoires, de gibier. En fait, elle a dit –ou ai-je cru l’entendre ?- non pas encombré mais empégué. Elle est du coin. L’objet de cet encombrant préambule est une tentative qui vise à faire de situations... [Lire la suite]
Posté par Dufourmantelle à 15:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 septembre 2017

Proust, Y’en a marre !

  Je sais ce qu’est un écrivain. C’est celui qui, lorsque vous le lisez, vous fait, à chaque phrase regretter de ne pas avoir écrit cette chose-là, avant lui. C’est celui qui à chaque phrase parle de vous et vous parle  chaque phrase, par la puissance du verbe, il fait naître l’universel du terreau de votre médiocrité et votre humanité de son humus. Il vous fait Napoléon, vous êtes à Azincourt avec Richard, vous plongez avec Nemo, vous tendez la gourde au blessé espagnol et vous mourrez avec le dormeur du val. Il est eux... [Lire la suite]
Posté par Dufourmantelle à 10:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 septembre 2017

Le Lapin qui conte et le Lapin qui compte

    Ce petit texte de circonstance est la suite d’une conversation téléphonique que j’ai eue récemment avec un ami : je déplorais la nomination de l’ectoplasme Hulot au poste de ministre de la transition de mes deux, qui n’est rien d’autre que le ministère de l’énergie. Il me répondait que l’abandon du territoire aux forces montantes du monde musulman est bien davantage un souci. Il a raison ou plutôt il n’a pas tort mais l’envie m’est venue de lui rappeler que toute politique suppose qu’on ait les moyens de... [Lire la suite]
Posté par Dufourmantelle à 10:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 septembre 2017

Au royaume des aveugles (Hulot 3 ou 4, je ne sais plus)

  Au royaume des aveugles   La détestation que j’éprouve pour Nicolas Hulot est forte. Quelle soit fondée ou non n’y change rien et j’accepte le commentaire qui dirait qu’un zest de jalousie vient pimenter ce sentiment. Très récemment, alors que les Ordonnances étaient posées fumantes sur la table du législateur, alors que la France (oublieuse qu’elle est du pauvre Gregory qui reste cependant une valeur sûre, un peu comme les pétrolières), s’inquiétait du destin de la petite Maelys, alors que la grosse Irma ouvrait... [Lire la suite]
Posté par Dufourmantelle à 17:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]