09 janvier 2018

Le Dollar est dans le Baril (annexe) Le prix du pétrole commande-t-il le prix des autres énergies ?

L’article de JM Jancovici d’août 2014, en entier pour le lecteur passionné. Le prix du pétrole commande-t-il le prix des autres énergies ? Le pétrole, cela ne sert-il pas avant tout à se déplacer et le charbon à produire de l’électricité ? De ce fait, pourquoi les deux devraient voir leur prix évoluer de la même manière ? Faudrait-il tellement de pétrole pour transporter gaz et charbon que toutes les énergies verraient leur prix évoluer comme le prix du pétrole ? De fait, si nous regardons combien il faut de... [Lire la suite]
Posté par Dufourmantelle à 16:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 janvier 2018

Le dollar est dans le baril 2ème partie

  Une tasse de café.  Je bois mon café. J’observe la petite tasse que mon fournisseur de capsule m’a très aimablement offerte. Elle est en verre, en verre colorée. Je l’aime beaucoup. Elle est en verre. Du silicate de ceci et de cela. Le sable vient d’ici ou là. Les carbonates viennent d’où ils veulent : il y en a partout. Le verrier rajoute des épices. Mais surtout, plus que tout, le verrier fait cuire, fait fondre et recuire et refondre. Quand cela a assez cuit et assez fondu, il fait ce qu’il veut avec son... [Lire la suite]
Posté par Dufourmantelle à 17:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 janvier 2018

Le dollar est dans le baril 1ère partie

  Il était une fois le feu de bois et Jeremiah Johnson cuisait son lapin. Comme lui, de nos jours un petit milliard de gens continuent cette pratique, Ô combien génératrice de GES. Il leur est difficile de faire autrement.  Il était une fois le charbon, pierre noire et abondante, doublement magique puisque de son adroit mélange avec la minette ou autre hématite naissait le fer, alors que dans le même élan thermique il nous donnait la vapeur qui nous donnait la machine du même nom qui nous donnait la rupture... [Lire la suite]
Posté par Dufourmantelle à 14:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 janvier 2018

La Jeune fille de Nancy

      Une petite fille est à l’hôpital. Elle s’appelle Inès. Elle est âgée de 14 ans. Depuis hier et pour quelques jours les médias vont parler d’elle. Inès souffre d’une maladie neuromusculaire auto-immune (1). Elle est hospitalisée depuis juin au CHRU de Nancy à la suite d’une crise cardiaque. Après des soins, les médecins ont jugé son cas sans espoir et ont lancé une procédure visant à l’arrêt des traitements, conformément à la loi de 2016 sur la fin de vie. (Le Monde) Les parents s’opposent à l’arrêt des... [Lire la suite]
Posté par Dufourmantelle à 12:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 janvier 2018

Le char de l’État

    Ce petit texte, écrit en 2016, ne visait qu’à actualiser une image ancienne et classique qui amusait peut-être les lecteurs du 19ème siècle. Tout naturellement l’Avion y remplace le Char. Depuis l’idée m’est venue que dans l’image de l’Avion il y avait beaucoup plus. La faute ou le mérite en reviennent à Air France et à son bien triste vol Rio-Paris. Je n’ai pas trouvé l’origine de cette image du Char de l’État que les précurseurs de nos modernes libéraux utilisaient pour dénoncer l’obésité et la rapacité d’une... [Lire la suite]
Posté par Dufourmantelle à 18:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 décembre 2017

On a la presse qu’on mérite

    Le Président inscrit dans son action la lutte contre le réchauffement climatique. Je ne le crois pas inculte ou sourd : il sait donc que la France, qui émet fort peu de GES n’aura pas d’influence physique sur la réduction de ces émissions au plan mondial. L’annonce du retrait des États-Unis de l’accord de Paris, conclu il y a juste un an lui laisse une ouverture et l’autorise à jouer les animateurs dans ce combat. Ce combat n’a de sens que par la participation des chinois et l’avenir nous dira ce que sera cette... [Lire la suite]
Posté par Dufourmantelle à 10:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
14 décembre 2017

La Joie d’être Sapiens

La Joie d’être Sapiens   (première partie)   Au printemps 1958, il m’en souvient, j’étais fort content d’avoir, Merci Mendès, échappé à la conscription indochinoise qui m’avait parue fort probable les années précédentes et je ne percevais pas encore la quasi-certitude de ne pas échapper à la vague suivante qui ferait de moi un des Lieutenants d’Algérie. Donc cette année 58, entre la promesse asiatique non tenue et la promesse maghrébine en voie de réalisation j’étudiais très assidument la géologie en faculté, à... [Lire la suite]
Posté par Dufourmantelle à 23:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 décembre 2017

1492 et le poids du sang

    1492 L’homme blanc, fervent catholique découvre un continent à lui inconnu. Une population d’organisation sociale différente de la sienne occupe le territoire. Cette population ne dispose pas d’armes à feu et ne connait pas le cheval. Elle sera repoussée puis détruite. Cependant des mélanges se seront produits : le viol dans la guerre ou dans l’asservissement est la règle ; la femelle indigène est sur étagère, en libre-service.      Le puritain anglo-saxon adopte la posture du... [Lire la suite]
Posté par Dufourmantelle à 11:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 décembre 2017

Le vide du Panthéon (seconde partie)

  En être ou ne pas en être   Depuis hier matin, j’éprouve un grand sentiment de solitude.  Hier matin, un chanteur populaire est mort au terme, comme on dit, d’une longue et douloureuse maladie. Comme chacun j’avais écouté, distraitement je le reconnais, cette voix qui nous a offert des chansons célèbres et, je reprends le mot « populaires », chansons qu’il interprétait avec talent, énergie et le plus grand professionnalisme. Sa vie ne fut pas un modèle de rectitude et il a été une image fortement... [Lire la suite]
Posté par Dufourmantelle à 14:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 novembre 2017

La cage de verre

    Le gros avion ronronne. Sous ses ailes l’atlantique. Le pilote ronronne également : fait-il une sieste bien méritée ? L’histoire ne nous le dira pas. Le pilote automatique ronronne aussi. Puis, soudainement il cesse de ronronner et le pilotage repasse en manuel. L’avion qui volait à 10.000 m s’écrase trois minutes et 30 secondes plus tard à la surface de l’océan.  Bien plus tard les boites noires sont retrouvées –miracle- au beau milieu de l’atlantique à 3.900 m de fond. A la lecture des comptes... [Lire la suite]
Posté par Dufourmantelle à 09:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]